Montgolfières

Paquebots de papier, montgolfières et avions à voile: ce n’est pas par ces moyens que Gianmaria Testa est aerrivé en France, à 36 ans, pour réaliser son premier album. Par contre, ces étranges objets de rêve qui parsèment ses chansons, l’ont aidé à façonner un univers poétique surréel. Les hommes et les lieux que Testa chante, de sa voix intime et pensiv, laissent deviner un monde quelque peu magique : le même Piémont qu’ont décrit Pavese et Paolo Conte, fait en même temps de terre et de montagne, de brouillard et de vin, de villes et de gares et de routes qui mènent à la mer…
Et puis la musique, avec les mélodies simples et évidentes de Gianmaria Testa : alors là, Piero Ponzo, qui est partenaire habituel de Carlo Actis dato, donc aussi homme de jazz et de cabaret, s’en donne à cœur joie. Il crée des arrangements qui peuvent être riches et vibrants aussi bien que tendres et nostalgiques. En exaltant les talents d’excellents musiciens et en ajoutant à la palette des sons les couleurs des bois, des cordes et des anches (des anges ?), Gianmaria et Piero nous invitent à les suivre, au pas de habanera, sur ces routes qui mènent à la mer…

Fabrizio Versienti

Gianmaria Testa


"Montgolfières"


October 10th 1995



Harmonia Mundi / Label Bleu


CD


#TitoloLength
1Longue Ville [play] [lyrics]

Longue Ville

[cincopa AkIAvT7WYONk]
Elle est si longue la ville dans
le brouillard qui tombe, les
maisons ont disparu et
nous restons
seuls assis à
attendre
encore un
peu. Elle est si
douce la ville sous cette
pluie battante,
c’est comme
si je l’avais
quittée, et la retrouvant, je
m’assois dans ce bar pour me
souvenir. Comme elle était
belle la ville pleine de tes
couleurs et toi qui me tenais
par les doigts. Comme elle
était belle la ville et comme
elle est longue la ville, sans toi.
3:37
2Les trajectoires des montgolfières [video] [lyrics]

Les trajectoires des montgolfières

[cincopa AIBA-SrAYuik]
Elles laissent d’imperceptibles traces,
les trajectoires des montgolfières…
Elles nous semblent presque immobiles,
lunes pleines contre le ciel clair
et l’homme qui les surveille ne sait plus
maintenant si elles sont vraiment parties
ou si elles ont toujours été là, comme ça,
sans liens, colorées, immobiles.
Même nous, même nous, du vent plein les
yeux, avons suivi puis puis perdu les traces
de leur vol dans les nuages de l’après –
midi, dans les après – midi des villes.
Mais qui sait où tout a commencé…
4:44
3Habanera [play] [lyrics]

Habanera

[cincopa AEAAXRbkY6nl]
Combien de vies as – tu ? valise
vide, trop de choses à voir, les
bras grands ouverts mais pas
les yeux.
Combien de vies as – tu ? valise
pleine et trop de choses à voir,
les yeux grands ouverts et plus
les bras.
4:36
4La femme du bar [play] [lyrics]

La femme du bar

[cincopa AcGARTLTYGem]
Je pe parlais encore, tu étais déjà
ailleurs. Et ce que je disais tu ne
l’entendais pas. La musique, le
verre, un autre soir t’auraient
retenu, mais plus maintenant. Je
te sens sur moi et tu n’est plus là.
2:39
5Dans la poche d’un matin [play] [video] [lyrics]

Dans la poche d’un matin

[cincopa AoMAFSriZKiR]
Je te mettrai dans la
poche d’un matin,
je te cacherai dans un
mouchoir de coton
et de parfum,
et de la main que
personne ne voit,
je te caresserai.
2:58
6Un avion à voile [play] [lyrics]

Un avion à voile

[cincopa AQKAzT7JZiaS]
Je t’offrirai un
paquebot de
papier quand
tu partiras,
avec un
capitaine
qui le
mènera de
cette mer à
une autre et
un avion à
voile avec
un pilote à
lunettes qui
le pilotera de
ce ciel à un
autre.
Et j’apprivoiserai un
canari chanteur pour
les journées sombres, quand la
mer et le ciel disent que non, on
ne peut voyager.
Quand le vent et le temps disent
que non, on ne peut revenir.
3:38
7Comme les vagues de la mer [play] [lyrics]

Comme les vagues de la mer

[cincopa AMGAtTbwZ-qS]
Certains soirs ont une couleur
Indéfinissable , entre l’azur et
l’amarante, et ils vibrent
d’un rythme lent, lent.
Et nous qui les attendons, nous
savons qu’ils sont prisonniers,
comme les vagus de la mer.
2:57
8L’automobile [play] [lyrics]

L’automobile

[cincopa AoHAkQLMZ6wS]
Quand tu reviendras (si tu reviens)
ce sera magnifique. Tu me raconteras
une histoire de plus, comme une fable.
Je t’attends encore un peu dans
l’automobile.
3:00
9Sans titre [play] [lyrics]

Sans titre

[cincopa AQCABQr-Zm-T]
… Le vieux vendeur de sourires est parti un
jour sans laisser d’adresse. Il n’a pas crié
- je reviens -
Et la neige en fondant a découvert la route
plus noire. Mais je te regarde et je dis
- demain le Printemps reviendra -
3:33
10Les femmes dans les gares [play] [lyrics]

Les femmes dans les gares

[cincopa AQLAhQbwZuTU]
Les femmes dans les gares,
les femmes, il y en a toujours un qui
les attend. Il est déjà là quand le train
arrive, agitant les mains. Elles te semblent
différentes
et ne se retournent plus.
Les femmes dans les gares, des jupes
comme des cerfs – volants dans les
orages, sombre élégance des
cormorans, ombre rouge dans les
cheveux et sur les mains.
Mais quand elles partent avec lui,
Elles sont déjà différentes
Et ne se s’arrêtent plus.
2:53
11Maria [play] [lyrics]

Maria

[cincopa AsHAUS7fZ2rU]
Notre au revoir est un salut
comme tant d’autres,
avec les voitures qui convrent
nos voix.
Et les yeux, ses yeux,
sont deux fenêtres blanches
dans lesquelles
je vois ce que j’aime.
5:03
12Manacore [play] [lyrics]

Manacore

[cincopa AkKAQTbUZ6bX]
Ecoute ce vent qui
tourmente les voiles et
les amarres des
bateaux prisonniers
Dans les ports. Ecoute
ce vent
qui souffle de
la mer, qui s’accroche
aux vagues et les rend
furieuses. Vent, vent
de naufrage, dans ce
vent je pars naviguer.
Dans ce vent mon
Amour, naviguer.
3:41
13La terre des collines [play] [lyrics]

La terre des collines

[cincopa AcCA_Rr6Z22Y]
Cassé le peuple des collines, vidée la
terre d’attendre la pluie qui ne vient
pas. Et ce fleuve sans source, sans nom
et sans mer pour y mourir, si tu le
rêves la nuit, il est presque là.
2:30
14Longue Ville [play]1:17

Musicisti :
Gianmaria Testa : voce, chitarra
Claudio ” Pino ” Enriquez : chitarra
Pier Mario Giovanonne : chitarra
Montferrat : chitarra, chœur
Francesco Bertone : contrabbasso, basso elettrico
Areski Belkacem : percussioni
Yann Cortella : batteria
Michel Risse : batteria, percussioni
Natalie Fortin : pianoforte, organo
César Stroscio : bandoneon
Didier Havet : tuba, euphonium
David Lewis : tromba, flicorno
Piero Ponzo : clarinetti, sax, flauti, harmonium indiano, melodica
Quatuor Joachim :
Zbigniew Kornovicz : violino
Joanna Rezler : violino
Diane Phoenix : viola

Laurent Rannou : violoncello

Testi e musiche di Gianmaria Testa
salvo “Un aeroplano a vela” (G. Testa, P. Ponzo), “La traiettorie delle mongolfiere” (G. Testa, Francesco Bertone)
Direzione musicale e arrangiamenti : Piero Ponzo

Produtto da Com’Nicole Courtois Higelin
Co produtto per la Maison de la Culture d’Amiens
(direction : Michel Orier)
Produttore esecutivo Nicole Courtois
Registrato e missaggiato da Philippe Tessier du Cros assistato per Pierre Guinot
Masterisato per Jean-Pierre Bouquet / Translab
Design : Jacques Leclerq. K
Edizioni Quai n°3, salvo
“Manacore”, “Un aeroplano a vela” : Edizioni Musicultura

Tutti diritti riservati

mongolfières

Distribuito da IRD